CENEXI

Publié le 10 nov. 2022
Image
Luttes gagnantes
Les salariés de CENEXI arrachent eux aussi leur part de revalorisation salariale !

Syndicat CGT CENEXI
277 salariés
42 % aux dernières élections professionnelles
UD 14, FD FNIC


Les salariés de CENEXI basé à Hérouville Saint -Clair dans le département du Calvados n’échappent pas au besoin urgent de revendiquer leur part de revalorisation salariale dans une conjoncture économique qui contraste de plus en plus avec le niveau des salaires.

Le groupe CENEXI avec un chiffre d’affaires de 180 millions est une référence dans le milieu de la sous-traitance pharmaceutique qui développe et fabrique des solutions en stérile (ampoules, seringues injectables et flacons) pour le compte des laboratoires pharmaceutiques de premier plan tels que SANOFI, MSD ou encore PROCTER et GAMBLE. Les salariés sont capables de produire pour les besoins d’un large panel tels que l’allergologie ou les traitements de lutte contre le cancer etc…

Depuis longtemps, les grands noms du Big Pharma ont choisi d’externaliser une large partie de leur activité pour compresser le plus possible les coûts de production.  Ainsi, ces laboratoires tirent profit de 80 % de la valeur ajoutée des médicaments sans en assumer la production et délèguent cette tâche aux sous-traitants.
Les salariés de CENEXI refusent d’être le parent pauvre de l’industrie pharmaceutique et face à l’inflation qui entrave les besoins du quotidien, pas d’autre choix que d’actionner le combat collectif pour satisfaire aux revendications.

C’est donc après l’échec des NAO, que la grève est déclarée par les salariés appuyés par leur syndicat CGT. Le 7 octobre 2022, 69 des 277 salariés cessent le travail, la production est quasi à l’arrêt. La CGT est aux avants -postes lâchée par la CFDT et la CGC-CFE qui préfèrent encore discuter… pour des queues de cerises.

Aux conducteurs de lignes automatisées et aux peseurs déjà en grève s’ajoutent des salariés affectés au laboratoire et tous tiennent bon pendant les seize jours du conflit.

Les grévistes ont porté les revendications suivantes :

  • 6 % d’augmentation de salaire pour tous
  • Le versement de la prime de partage de la valeur ajouté à hauteur de 1000 euros
  • L’engagement du rattrapage de l’inflation aux prochaines NAO
  • Le paiement des heures de grèves

Dans la foulée la Direction invite donc à la table des négociations, la CGT pour sortir du conflit.
Plusieurs avancées sont arrachées par la lutte :

  • 1,2 % d’augmentation de salaire inversement proportionnelle avec effet rétroactif à mars 2022
  • Octroi de la prime de la valeur ajouté avec le versement de 500 euros en novembre 2022 et 500 euros en janvier 2023
  • Engagement de la direction pour les NAO 2023 de 3.98 % d’augmentation de salaire dont 1% de part individuelle
  • Le paiement de la moitié des jours de grève

Les salariés sont satisfaits et entendent bien poursuivre la bataille pour les salaires. Prochaine étape : les élections professionnelles qui se tiendront le 17 novembre 2022. Le syndicat CGT a déjà fait la démonstration de son utilité et ça les salariés le savent bien, preuve en est, la dizaine de travailleurs venue se syndiqués à l’issue du conflit.

Montreuil, le 10 novembre 2022
Rédigé par M.A.

 

Repère revendicatif

Pour aller plus loin

Les actualités de la confédération